Humanity to the power of you

Des cours de développement personnel pour faire progresser l’humain

Humanava est une plateforme de développement personnel qui ouvre la voie à un avenir meilleur. Notre but : optimiser le capital humain et relier à travers le monde ceux qui partagent cette aspiration.

about us intro 1

“Nous en sommes convaincus : le changement collectif naît de la progression de chacun. Nous donnons un cadre à cette évolution.”

about us intro 2

Accédez à vos ressources cachées et vivez au maximum de votre potentiel: que ce soit pour accroitre votre leadership, repenser votre cadre professionnel, ou donner une nouvelle dimension à votre quotidien.

our history

Les bases d’une communauté éclairée

Avant Humanava, il y a eu Stand Up For Passion, une série d’histoires de transformation crée à New York en 2014. Le concept ? Sept intervenants différents, ayant chacun sept minutes pour raconter leur transformation personnelle. Des histoires si vraies, si intimes, qu’elles encouragent bienveillance et authenticité : à l’issue de chaque événement, au lieu de s’enfuir dans la nuit, le public restait. Partageait des conversations pleines de sens. Et repartait avec un sentiment de proximité humaine et d’expérience partagée, la sensation d’avoir pris part à quelque chose de spécial, de magique.

Et la magie ne s’est pas arrêtée là.

Ces rencontres ont provoqué des changements. Certains participants ont quitté un mariage malheureux ou changé de carrière. D’autres ont trouvé l’assurance pour gagner en responsabilités ou se mettre à écrire.

Des conversations de fond qui produisent du changement

Stand Up For Passion est devenue une véritable communauté à travers les continents. Le format s’est élargi, via des ateliers de « team-building » et une collaboration avec les dirigeants de grandes organisations. Chaque événement restant basé sur la conviction que tout être humain aspire à l’authenticité et mérite de progresser.

Puis, le Covid a frappé.

Partout dans le monde les événements ont été annulés, laissant place au silence. C’est durant cet arrêt forcé que Humanava est né. Pour partager en ligne, au-delà des frontières, l’énergie et la passion liées à notre expérience. Notre but est inchangé : créer un espace d’authenticité pour un enseignement qui ait du sens, et initier un puissant dialogue qui mène au changement.

A la lumière des événements de 2020 et 2021, cela n’a jamais été aussi important.

Maintenant, c’est à vous de jouer.

Rencontrez les fondateurs

Janet Nakano

Janet Nakano

Co-Fondatrice et COO

Née à Los Angeles de parents immigrés japonais, Janet a grandi dans un état d’esprit multi-culturel. Sa passion précoce pour la culture l’a entrainée à travailler dans une trentaine de pays, à la fois comme réalisatrice de documentaires, productrice vidéo et photographe. Elle a notamment officié pendant près de 10 ans au sein d’IBM à New York, en tant que directrice de production et réalisatrice. Son autre passion de longue date, pour la pratique du yoga et de la méditation, l’a amenée à approfondir sa connaissance d’elle-même et des autres, champ dans lequel s’inscrit précisément le projet Humanava.

Arnaud Collery

Arnaud Collery

Co-Fondateur et CEO

Arnaud Collery mène très jeune une vie de globe-trotter, séjournant longuement à Tokyo, Paris, Los Angeles ou New York, et évoluant dans des milieux aussi divers que la finance, le luxe, la Tech, le cinéma et le stand-up. En 2014, il lance avec succès Stand Up For Passion, événements de storytelling sur la transformation personnelle, et officie comme « Chief Happiness Officer » auprès de firmes et d’organisations de renom. En 2020, après 15 ans passés aux États-Unis, il s’installe à Bordeaux, où il lance avec sa femme la e-plateforme « Humanava », en puisant dans sa longue expérience en développement personnel et son réseau mondial d’experts, pour élaborer des masterclass inspirantes.

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

M

e

e

t

  

o

u

r

  

t

e

a

m

    

    

Rencontrez notre équipe

Les humanavists en mission pour une transformation humaine positive.

Justine Leray
Justine Leray

Cheffe de projet, Marketing Communication, Relation Médias

Sarah Lequette
Sarah Lequette

Business Development

Bastien Lacouture
Bastien Lacouture

Community Builder

Maïlys Mathieu
Maïlys Mathieu

Social Media Manager

Collaborons

Partagez vos coordonnées ci-dessous

Bonjour, je m'appelle

Dites-nous ce que vous pensez.

Veuillez me contacter au

© Humanava 2022

/icons/social_spotify.svg/icons/social_facebook.svg/icons/social_linkedin.svg/icons/social_instagram.svg/icons/social_twitter.svg